Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Processus, procédures et automatisation

Après un long bavardage entre collègues, nous sommes tombés d'accord sur la finalité de la description des processus et des procédures. Pour moi qui suis un ultra procédurier, qui aime bien tout fixer et figer, j'avoue que trop de procédure nuit au bon fonctionnement des procéssus. C'est d'ailleurs presque toujours dans des environnements non maitrisés que l'on met en place des procédures. Mais si on ne prends pas le temps de savoir ce que l'on cherche à cadrer à travers ces procédures, on peu se tromper de cible et le remède devient pire que le mal.

J'ai vu une entreprise qui a mis en place des procédures pour cadrer le travail des ouvriers en pensant que le problème venait de l'organisation des tâches alors qu'il s'agissait des outils de travail qui n'étaient pas adaptés !

Donc pour les entreprises qui poussent je précaunise la description des processus pour commencer. Il s'agit de décrire de manière non figée, donc évolutive les us et coutume de l'entreprise. Dans les start-up qui grossissent comme des champignon, prendre le temps d'écrire l'histoire, c'est s'assurer que construire des bases solides. Les employés de seconde, troisième (et plus) génération n'ont pas le même tempérament de créateur d'entreprises et ont besoin d'être rassuré et cadré par rapport au devenir et aux ambitions de l'entreprise encore jeune.

L'autre intérêt d'écrire les processus, c'est l'automatisation des tâches. C'est particulièrement vrai en production ou exploitation informatique. Je me souviens de précédentes expériences où je regardais circonspect un directeur technique vouloir automatiser un procédé sans même le maîtriser manuellement. On ne peut automatiser un procédé que si l'on maîtrise manuellement toutes les étapes.

Les commentaires sont fermés.