Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nos aïeux ouvrent la voie de la liberté d'entreprendre

A mon grand père (1920-2009).
Aux nouvelles recrues de blogSpirit.

botteleuse.jpgJuste à la sortie de la guerre mon grand-père, qui était mobilisé à font romeu, est rentré dans notre région puis à rencontré ma grand-mère. Ils se marièrent, eurent de beaux enfants... Mon grand-père s'installa un peu à contre cœur dans la ferme de ses beaux-parents qu'ils exploitaient en métayage (business model complètement old fashion mais si proche du SAAS ! J'adore !). A contre coeur en effet, car mon grand-père, bien qu'aimant les bêtes (surtout les chevaux avec qui il aimait travaillé), ne trouvait pas un grand plaisir à la ferme. Mais à l'époque, on ne choisissait pas, on faisait le métier de ses parants. Alors quand il avait la possibilité de s'adonner à sa véritable passion, le bricolage et la mécanique, il s'en donnait à coeur joie. Ainsi, mon grand-père a eu le premier tracteur de son village, la première botteleuse mécanique , ...

A la fin des années 60, mon père entamait ses études et tout comme mon grand-père, on avait orienté mon père vers l'agriculture. Sauf que mon père lui, n'apprécie guère d'être au champs et encore moins de s'occuper des bêtes. Alors mon grand-père fit de pieds et des mains pour que mon père entre dans un lycée technique. L'ascenseur social commençait difficilement à se mettre en route. Mon père entra finalement dans ce lycée technique.
Mon père aussi fut le premier du village à faire du développement télématique et mettre une connexion internet à la maison.

Quant à moi, l'ascenseur s'était bien dégrippé, et je ne peux guère dire que je serais "le premier de mon village (Paris) à" ... Tout juste quand je teste un service web, je me satisfais que le login "clotaire" ne soit pas pris. En général, ça veut dire que je suis pas trop largué ! Le progrès par la technique et par l'informatique, c'est au fond un vieux rêve de famille. Et j'ai peut-etre hérité de quelques choses des pionniers de ma famille même si j'ai connu Facebook et Twitter après un paquet de monde.

Je crois que derrière ce rêve de progrès, d'innovation, il y a la volonté de voir l'Homme grandir et s'astreindre de ses contraintes quotidienne. En somme, c'est un vœu de liberté.
Ce n'est pas étonnant si les générations se succèdent pour défendre avec pugnacité celle-ci. Ce n'est pas étonnant non plus si la fougue de la jeunesse participe à l'essor ces nouvelles technologies, contribue à bouger les lignes en partant à l'aventure avec la soif de conquérir le monde et l'innocence de ceux pour qui la sagesse n'est pas encore là. A l'heure où les tunisiens se battent pour recouvrir leur liberté, c'est tout un symbole qui nait à travers ce progrès de l'humanité.
C'est en regardant le chemin parcouru que l'on peut se rendre compte ce que chacun à fait pour obtenir ce qu'il est devenu. C'est en regardant en arrière que l'on peut mesurer la chance d'avoir autant de liberté. Sans audace, sans effort, il n'en serait rien : je crois que je suis fier de mes aïeux d'avoir su saisir l'opportunité d'exercer cette liberté d'entreprendre !

Commentaires

  • On sent comme une pointe de nostalgie, non ?

    La jeunesse qui se jette à corps perdu prend un risque qui n'est pas toujours mesuré à sa juste valeur, qu'en penses tu ?

    Combien de startups se sont crées, combien sont restées ? Les idées qui débordent dans tous les sens font aller les gens dans tous les sens, ils se perdent, et perdent leur petite entreprise. C'est pour cela qu'il faut en effet déborder d'énergie, et pouvoir en même temps canalyser tout cela, c'est quelque chose de difficile, et peut être aussi de nouveau. En effet, la voie d'un homme était souvent toute tracée avant. Même mon père aurait aimé que je reprenne sa société de fenêtre :) Lorsque l'on s'affranchit de cette notion de reprise familiale, le monde est à nous, allons nous alors dans tous les sens ? Telle est la question...

Les commentaires sont fermés.