Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Joke

  • Je suis Steeve Jobs ... raté

    apple.jpgParmis mes collègues j'ai 50% d'iphone-épicuriens et 50% d'iphone-stoiciens. C'est pas un parti pris. Quand cette semaine on a appris que Steeve Jobs était affecté au help desk de l'Ipad, ce fut même pas une surprise, mais pour les amoureux de la marque à la pomme cela a été vécu comme un acte héroïque, les yeux brillaient. Wahooo. Et je me suis dit moi aussi j'en veux un peu !

    Comme Apple, nous avons notre outil de gestion de tickets pour les clients grands comptes. Nous utilisons OTRS et en sommes très satisfaits depuis 4 mois. Bon la semaine dernière il fallu (r)expliquer aux commerciaux comment ça marchait parce qu'ils avaient peur que le client soit perdu, que c'était impersonnel patati patata ... Il se trouve que nos clients aiment notre rapidité d'intervention, qu'on leur répond quand un chef de projet est en vacances, que l'on retrouve l'historique des échanges. Il adore car ce n'est pas une contrainte et s'ils oublient la copie magique on transfert le mail dans l'outil de tickets. C'est simple, c'est efficace...


    Bref toujours est-il que comme mon copain Steeve d'Apple on m'affecte des tickets clients pis ... je répond. Là, je fais tout comme Steeve mais mes chefs de projets, eux, n'ont pas les yeux qui brillent. Ah si, un collègue me fait une conjonctivite (la larme à l'oeil malgré lui) quand je passe en production un correctif permettant à la connexion Facebook de récupérer l'email du compte. Il faut dire que Mark (Zuckerberg) m'avait pas prévenu. Mais entre un peu de considération forcée et être un héros, il y a une grande différence.

    Alors j'ai demandé à Pascal (mon chef de projet hors père...).
    "C'est simple" me dit-il, "il a dit à un utilisateur qui ne pouvait pas synchroniser son Ipad avec son mac et MobileMe en wifi" (racourci parce que j'ai pas encore d'ipad et j'ai pas compris).
    - Quoi on peut même pas synchroniser ...? fis-je !
    Ce à quoi Steeve a répondu "ok, guys we'll do it !" Là moi je dis chapeau, Steeve.

    Et puis, je reprends mes esprits pour me dire, quel talent, il a le pouvoir de faire bosser ses équipes sur ses clients personnelles. En fait ce qu'il a de plus que moi Steeve c'est le pouvoir de vie ou de mort sur les fonctionnalités. Attends... Je suis responsable produits et projets, j'avais oublié, mais moi aussi je peux donner des ordres. Alors j'ai essayé et ça s'est pas tout à fait passé comme Steeve.

    La suite dans un prochain épisode.

  • Ca se passe de commentaire

    gestion-projet-web-humour.gif

    C'est comme cela que ça se passe chez ... tout le monde !

  • L'algorithme de mon médecin

    J'ai toujours su que mon médecin était un peu informaticien. Du moins, je lui emprunte quelques un de ses bons sens.

    Pour situer le tableau, mon médecin, comme tous les médecins de campagne a une patientèle agée. Et les vieux (sic), ça se plaint tout le temps, ça réclame des médicaments. Mais, une personne qui initialement a de la tension artérielle prend un médicament qui le fait trembler, donc on lui donne un autre médicament pour le stabiliser mais qui donne des maux d'estomac, et ainsi de suite. Comme mon médecin est aussi soucieux de la santé des caisses de la sécu, il a l'habitude de supprimer tous les médicaments à un patient qui en a besoin de plus de trois. On remet les compteur à zéro !

    Plus proche du développeur web, le type qui refait la déco chez lui et remarque que son planché en carrelage est moche et usé. Il décide de mettre une moquette pour cacher le carrelage, puis quelques mois après s'aperçoit que la moquette à épouser la forme du carrelage, ce qui est encore plus moche qu'avant. Pas de problème, on colle un parquet stratifié par dessus, et ainsi de suite.

    En informatique, c'est pareil. Prenons par exemple un algorithme de filtre de spam. On met en place un premier filtre bayesien qui marche pas bien, on affecte un score. Il ne marche pas bien, donc on ajoute sur IP. On s'aperçoit que les massages des collègues sont filtrés, donc on ajoute une règle qui "white list" un domaine, et ainsi de suite. Bref, il faut toujours corriger le problème ou un bug à la source ! La difficulté réside donc dans l'identification de la source qui sont parfois multiples et contradictoires. Si un projet web semble être tombé en marche, c'est sûrement qu'il faut passer par l'algorithme du médecin pour nettoyer tout cela !

    Ces exemples peuvent paraître évident, mais il est des cas plus insidieux. Si vous saviez, combien de fois j'ai eu recours à l'algorithme de mon médecin pour expliquer la méthode de résolution d'un bug à des développeurs (et chef de produit qui comprend pas trop la technique), vous seriez surpris. En général, tout le monde comprend !